Chamanisme-Ă©cologie

Stages et formation en chamanisme Toltèque

Paul Degryse


TĂ©l :

09 86 35 62 23


Courriel

wambli.cd@live.fr



Conception du site : O.J

Mentions légales





CHAMANISME ET ECOLOGIE, QUEL RAPPORT ?






Chamanisme-écologie a pour but de réunir toutes les personnes qui sont ouvertes à l’idée que le combat écologique pour la vie est aussi un combat spirituel.


Un combat spirituel n’est pas un combat contre des personnes mais un combat intérieur mené par chacun contre ses propres idées fausses, ses peurs et son inertie. Celles-ci sont d’abord un fait individuel mais elles sont ensuite utilisées par un système collectif dont les leaders économiques, politiques, scientifiques et médiatiques croient à une vision du monde qui est maintenant dépassée : le matérialisme.


Le matérialisme est une idéologie et, pourrait-on-dire, quasiment une religion dans le sens où, paradoxalement, ses adeptes font preuve, soit disant au non de la raison, d’un manque total de rationalisme et mènent ainsi l’humanité tout droit la tête dans le mur.

Que dit cette religion ? Elle dit deux choses : d’une part que la science peut apporter la réponse totale et définitive à la grande question du mystère de l’univers et d’autre part que le développement et l’application technologique et mercantile de cette science à tous les aspects de la vie quotidienne des hommes peut apporter à ceux-ci un bonheur qu’aucune autre démarche culturelle ne pourrait lui apporter. Le matérialisme associé au mercantilisme a maintenant perdu toute mesure, tout respect de la vie et même tout sens de la dignité humaine. (Il ne s’agit d’ailleurs plus de science mais de scientisme), car depuis plusieurs décennies, mais de façon particulièrement significative depuis 10 ans, la terre envoie aux hommes des signaux d’alarmes très clairs que ces leaders s’obstinent à ne pas vouloir prendre en compte. Cynisme, incapacité de remettre en question leurs dogmes ou égoïsme féroce des élites nanties ? Peu importe ! L’essentiel est de changer cette vision du monde parce que sans ce changement idéologique il n’y aura pas de changement substantiel au niveau du quotidien.


Cependant malgré la force de cette inertie, l’écologie commence tout doucement à devenir une prise de conscience collective mais avons-nous des siècles devant nous pour sortir de cette impasse et revenir à une gestion plus raisonnable et plus qualitative de notre planète ? Je ne le pense pas.


Le mouvement écologique dans son ensemble souffre en effet d’un handicap grave qui est relié à la lenteur de sa progression : il s’attaque au matérialisme avec des arguments matérialistes : chiffres, statistiques, analyses, courbes etc… qui sont certainement utiles et nécessaires mais ils n’évoquent pas dans l’esprit des masses populaires l’espoir d’une alternative vers un autre bonheur que celui d’acheter, de consommer pour retourner produire.


Le matérialisme est une philosophie qui a émasculé la conscience humaine de ce qu’il y avait de plus fort et de plus noble en elle : sa dimension spirituelle porteuse d’un élan d’amour, de force et de joie qu’aucune approche rationaliste ne pourra remplacer.


C’est l’intelligence du cĹ“ur, produit de la spiritualitĂ© qui a crĂ©e les plus belles civilisations de la terre et les plus grandes Ĺ“uvres esthĂ©tiques de l’humanitĂ©.  

Les constructeurs de Khadjuraho, Beethoven, Rembranlt, Lao-tseu, ou les bâtisseurs de cathédrales ne connaissaient ni la chimie ni la physique ni les mathématiques ni l’informatique ni la médecine technologique et cependant, nous qui connaissons tout cela nous sommes incapables de réaliser des œuvres artistiques ou philosophiques d’une telle valeur.


L’intelligence du cœur est la fille naturelle d’une vision spirituelle du monde et c’est parce qu’elle a été mise de côté pendant deux siècles que nous en sommes arrivé là : empoisonnement généralisé de la terre, de l’eau, de la nourriture, disparition des espèces animales, médecine toxique et mercantile, décadence sanitaire et physique des hommes et par-dessus tout régression générale de leur niveau de conscience.


Ce n’est donc pas par une écologie matérialiste que nous luterons contre le matérialisme mais en inscrivant le sursaut écologique dans une perspective qui lui tourne résolument le dos, c'est-à-dire en retrouvant la dimension spirituelle naturelle de notre conscience et de notre rapport à la terre et à la vie. Or, quelle voie spirituelle est plus proche et plus respectueuse des lois immuables de la nature que le chamanisme ?


Souvent qualifié de « réalisme spirituel » le chamanisme n’est d’ailleurs pas une religion mais une vision énergétique et pragmatique du monde qui réintègre le sens du mystère dans le quotidien de l’homme pour une démarche personnelle faisant de la conscience le centre de son existence et la source d’une créativité cognitive illimitée.


Ainsi, ce ne sont plus la matière et la nature comme source d’enrichissement qui intéressent les chamanes mais comme produit de la conscience créative de l’univers. Ils explorent toute forme de conscience pour en extraire encore plus de conscience et de joie.


Le matérialisme n’est ni une évidence historique ni un aboutissement nécessaire et glorieux de l’évolution humaine mais un cul-de-sac que nous devions cependant explorer pour rebondir et retrouver le vrai sens de notre cheminement vers un bonheur digne de notre niveau de conscience.

Paul DEGRYSE